photo de Anne Bichsel

Quand et pourquoi avez-vous décidé que l’écriture tiendrait une place prépondérante dans votre vie?

"C’est venu graduellement. J’ai toujours écrit, mais je m’éparpillais dans plusieurs formes d’art. Vers 25 ans, je me suis dit que ce serait bien d’en choisir une et de l’approfondir. L’écriture était celui qui comblait le plus mon besoin de m’exprimer. Cela me procure un plaisir sans pareil. Je ne peux plus m’en passer. Si je n’écris pas, je ressens un vide en moi."

Extrait de la Publication Parrains & Poulains publiée au Salon du Livre de Genève en mai 2013


Télécharger la publication >>

Télécharger
Brochure Parrains & Poulains 2013
brochureparrainspoulains.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

 

Isabelle Aeschlimann (Petignat) est née en 1979 et a grandi à Alle, dans le canton du Jura. Son papa est un homme de la terre, chanteur dans l'âme. Sa maman est une maîtresse d'école passionnée d'art, de théâtre et de voyages. Elle a un frère deux ans plus jeune et une soeur de dix ans sa cadette.

 

Quelques anecdotes...

Vers l'âge de 12 ans, elle rédige sa première fiction en cours de français et découvre le plaisir d'inventer un univers. Vers 15 ans, elle tient une correspondance régulière avec une dizaine d'amis et s'astreint à s'épancher quotidiennement dans un journal intime.

 

A 18 ans au Lycée de Porrentruy (Jura), elle se désespère de ses notes catastrophiques en dissertation. Elle fait un an de Lycée (équivalent à "collège" en France) artistique option dessin, puis elle change de direction et obtient sa maturité commerciale.

 

A 20 ans, elle achète son premier ordinateur portable et commence à écrire de manière plus soutenue. Elle veut apprendre l'allemand car elle rêve de travailler dans la publicité. Elle cherche un stage sur internet dans la région de Freiburg (Allemagne). Elle arrive chez une vieille dame complètement cinglée qui la malmène le deuxième jour sous prétexte qu'elle ne sait pas tartiner des bretzels. Elle s'enfuit en larmes et téléphone à sa maman d'une cabine téléphonique pour qu'elle revienne la chercher. Cet échec cuisant ne la refroidit pas pour autant. Elle retourne tout de suite sur internet et dégote un autre stage à Offenburg dans un petit bureau de promotion de la région. Elle y restera 6 mois. Elle fait partie d'un groupe d'amis et l'un d'entre eux décroche son entrée pour une université à Berlin. Il lui propose de le suivre. Seule elle n'aurait sans doute jamais eu le courage de s'éloigner de sa famille dans une si grande ville. Elle saisit l'occasion et part. Elle trouve un travail comme conseillère dans un fitness dans le "Stadtteil" Charlottenburg (Berlin Ouest). Elle travaillera également à Lichtenberg (Berlin Est). La gérante, une ancienne ballerine professionnelle se révélera carrément despotique. Néanmoins ce travail lui permettra de tisser un réseau social et de jouir pleinement de la vie berlinoise.

 

Elle y vivra 2 ans. Berlin restera à jamais gravée dans son coeur.

 

 En 2004, après un détour par Zürich et Bâle, elle revient en Suisse romande et travaille comme employée de commerce. Elle sort beaucoup, renoue avec ses amis qui lui ont manqués. Elle commence son premier roman.

 

En 2005, elle rencontre son mari et se lance dans une formation de planificatrice en communication de marketing. Son brevet fédéral en poche, elle ira frapper à la porte d'une imprimerie où elle travaille jusqu'en 2013.

 

En 2009, elle se marie et termine l'histoire de son premier roman. Pendant un an, elle le fait relire et le retravaille. En juillet 2010 elle envoit 10 manuscrits dans des maisons d'édition françaises choisies avec soin. En novembre, elle attend son premier enfant. Elle envoie une deuxième salve de manuscrits en Suisse. Tandis qu'elle reçoit une réponse positive d'une petite maison d'édition française, les Editions Plaisir de Lire à Lausanne la contacte : Le manuscrit n'est pas publiable en l'état mais lui propose d'améliorer son manuscrit. La proximité des Editions Plaisir de Lire et l'accueil chaleureux de son éditrice ne la font pas hésiter une seconde. Elle saisit l'opportunité de recevoir des conseils professionnels de la part d'un coach en écriture. Elle réécrira entièrement le livre.

 

En mars 2011, elle donne naissance à sa fille. En automne 2011, le manuscrit est accepté à l'unanimité par le comité de lecture et la décision tombe : il sera publié ! Un rêve se réalise ! Le roman Un été de trop sort en librairies en novembre 2012. Il trouve rapidement son public et une réimpression a lieu en janvier 2013.

 

 


Aujourd'hui

Isabelle vit dans la région d'Yverdon-Les-Bains (Vaud /Suisse) avec sa famille. Elle retourne régulièrement dans le Jura où vivent ses parents, son frère, sa soeur, et ses amis de longue date.

 

Professionnellement elle est une touche-à-tout. Elle travaille dans une startup lausannoise et réalise des mandats d'indépendante en tant que webmaster/conseil en communication.

En avril 2014, Lauréate de la bourse d'aide à l'écriture 2014 du canton de Vaud, elle entame une réorganisation de sa vie professionnelle pour donner plus de place à l'écriture.