Nouvelle série pour nous les mamans

Une shortcom de mamans pour les mamans et tous ceux qui veulent rigoler avec nous et un peu de nous. Car comme on dit : avant d'avoir des enfants on a des principes et après, eh bien, on a des enfants.

 

Parce que être maman c'est un feu d'artifice d'émotions et c'est pas tous les jours facile à gérer. Donc au lieu de déprimer parce qu'on ne peut pas s'empêcher de culpabiliser (THE nouveau mal des mamans) autant en rire ensemble !

 

Lorsque nous sommes mamans de jeunes enfants, il y a la nouvelle énergie qui nous porte toute la journée malgré des nuits affreuses, il y a la nouvelle dynamique familiale, les nouvelles rencontres car on commence à fréquenter les cours d’école, nous nouvelles qualités de médiatrices-négociatrices.

on découvre que nos propres parents, devenus grands-parents, se sentent soudain investis de la mission d’élever nos enfants mieux que nous l'avons été, nous découvrons un nouveau monde : celui de la culpabilité, de la fatigue constante, on se découvre des vertus de patience infinie, d’amour inconditionnel pour ces petits êtres tellement mignons et hallucinants d'intelligence, mais tellement énervant parfois.

Et il y a notre époque, celle où on discute, on explique, on négocie, on a de l’autorité mais pas trop. Celle où on doit faire preuve de patience,

 

être heureuse d’être mère au foyer car comme on a de la channnnce d’avoir tout ce temps avec nos enfants, et comme c’est beau de les voir grandir, et les femmes qui essaient d’être l’égal de l’homme dans la vie professionnelle mais qui doivent tout de même mettre leur carrière entre parenthèse pour des temps partiels et qui doivent  gérer la logistique école-crèche-boulot, et il y a les filoza, les perrenoud, les montessori, l'éducation bienveillante et on sait plus ce qu’on doit faire ou pas, on sait plus parce que quoiqu’on fasse, on nous culpabilise. Tout le temps.

Trop de patience : on en fait des enfants rois, pas assez de patience, on est des parents-cromagnons.


Et les parents dans tout ça ?
Parce que quand même, il faut dire qu’au final, on fait ce qu’on peut, et pas ce qu’on veut. Toujours, et avec tout notre amour. Car nos enfants sont la prunelle de nos yeux. Et sans enfants, nos vies seraient bien tristes. Mais parfois, on aime bien quand on peut passer un peu de temps sans eux. Du temps avec les copines ou avec son amoureux. Ca ne fait pas de nous de mauvais parents.


Voici une série pour déculpabiliser les parents, pour les faire rire parce qu’on a tous des travers, des tocs, des paranoyas, Et l’humour reste le meilleur moyen de dédramatiser.